Menu
NEWS?
Last Updates
Mises à jour
Faire un Don (Paypal)/Make Donation
Donators Have access to personalized service, Budget for balancing armies, Custom army lists, Unit Cards and many more
Télécharger gratuitement la Règle CLASH ! en français
Don conseillé si satisfaits : 10 euros
Download English version CLASH !
FREE. Tip welcomed if satisfied
Télécharger le modèle des fiches d'unité / Download Unit Cards template
Suivez nous sur Facebook
40 Armées Indispensables : de Qadesh à La Marne
T 1 : Armées Antiques et Médiévales
T1.1 : L'Europe
T1.2 : L'Asie
T1.3 : Le Reste
T 2 : Armées 1500-1700
T 3 : Armées 1700-1790
T 4 : Armées 1790-1850
T 5 : Armées 1850-1925
T 6 : Armées Imaginaires
Plans de Terrains pour "combats de rencontre"
Scénarios (Plans de terrains + conditions de victoire)
Nous contacter par Messenger pour :
Proposer une liste, un terrain, un scénario
Demander une liste
Tous droits résérvés © Vincent Hérelle + Philippe Bondurand, 2020

CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire
-
Les 40 Armées indispensables -
- Les Armées de la Renaissance -

Liste AI 19 - Français de François 1er

La politique extérieure de François Ier s’inscrit dans la continuité des guerres d’Italie menées par ses prédécesseurs. Pendant toute la durée de son règne, le roi n’a de cesse de revendiquer ses droits sur le duché de Milan reçu en héritage de son arrière-grand-mère. Son règne est également dominé par sa rivalité avec le duc de Bourgogne, Charles de Habsbourg, devenu roi d’Espagne puis empereur du Saint-Empire sous le nom de Charles Quint. Leur rivalité se concrétise par quatre guerres au cours desquelles François Ier enregistre succès et défaites, mais interdit à son ennemi impérial de concrétiser ses rêves de recouvrer le duché de Bourgogne.

Le premier conflit (1521-1526) est marqué par la défaite de Pavie au cours de laquelle le roi est fait prisonnier, d'abord en Italie, puis transféré en Espagne. Pendant ce temps, la mère du roi de France, Louise de Savoie, demande l'aide du sultan ottoman, Soliman le Magnifique, qui répond avec l'envoi de la fameuse flotte de Khayr ad-Din Barberousse — laquelle représente une grande menace pour l'empire des Habsbourg. C'est le début d'une alliance franco-ottomane qui durera les siècles suivants. Après presque un an de captivité, le roi se voit réduit à faire des concessions importantes en vue d'être libéré (traité de Madrid). François est autorisé à rentrer en France en échange de ses deux fils, mais à son retour, le roi prétexte un accord obtenu sous la contrainte pour rejeter le traité. Cela conduit à la guerre de la Ligue de Cognac (1527-1529).

La troisième guerre (1535-1538) se caractérise par l’échec des armées de Charles Quint en Provence et l’annexion par la France de la Savoie et du Piémont. La quatrième guerre (1542-1544) voit l’alliance de l’empereur et du roi d’Angleterre. François Ier parvient à résister à l’invasion mais perd la ville de Boulogne-sur-Mer au profit des Anglais. Pour lutter contre l'empire des Habsbourg, François Ier a mis en place des alliances avec des pays considérés comme des ennemis héréditaires de la France ou des alliances jugées contraires aux intérêts chrétiens dont le roi est censé être le garant : le roi d'Angleterre Henri VIII, les princes protestants de l'Empire et le sultan ottoman, Soliman.

Par son arrière-grand-mère Valentina Visconti, François Ier détient des droits dynastiques sur le duché de Milan. Dès la première année de son règne, il décide de faire valoir ces droits et monte une expédition pour prendre possession de ce duché. Pour lui, c'est aussi l'occasion de venger les défaites françaises de la précédente guerre italienne ; deux ans avant son avènement, tous les territoires occupés par ses prédécesseurs en Italie avaient été perdus. La conquête du Milanais par François Ier s'inscrit totalement dans la continuité des guerres d'Italie commencées vingt ans plus tôt par le roi Charles VIII. Par plusieurs traités signés au printemps 1515, François Ier parvient à obtenir la neutralité de ses puissants voisins29,30. L’opposition à ses visées se limite au duc de Milan Maximilien Sforza, officiellement mais faiblement soutenu par le pape Léon X et son allié le cardinal Matthieu Schiner, artisan de l’alliance entre les cantons suisses et le pape, et futur conseiller de Charles Quint.

Au printemps 1515, François Ier ordonne la concentration des troupes à Grenoble et une armée de 30 000 hommes marche sur l’Italie. Cependant, solidement établis à Suse, les Suisses tiennent la route habituelle du Mont-Cenis. Avec l’aide technique de l’officier et ingénieur militaire Pedro Navarro, l’armée, y compris les chevaux et l’artillerie (60 canons de bronze), franchit les Alpes par une route secondaire plus au sud, par les deux cols, Vars 2 090 m (Ubaye) et Larche 1 900 m, puis débouche dans la vallée de la Stura. C'est au prix d'efforts très importants qu'ils élargissent les chemins correspondants pour y passer l'artillerie. Ces efforts rapides sont récompensés, car ils provoquent une très grande surprise. Dans la plaine du Piémont, une partie de l’armée suisse prend peur et propose, le 8 septembre à Gallarate, de passer au service de la France. Schiner réussit à regagner les dissidents à sa cause et s’avance à leur tête jusqu’au village de Melegnano (en français, Marignan), à 16 kilomètres de Milan. La bataille qui s’engage reste longtemps indécise, mais l’artillerie française, efficace contre les fantassins suisses, les forces d’appoint vénitiennes et la furia francese finissent par faire pencher la balance du côté de François Ier qui emporte cet affrontement décisif.

En 1525, plusieurs auteurs évoquent l'adoubement du roi par Bayard sur le champ de bataille de Marignan. Cette histoire est considérée désormais comme un mythe : elle aurait été montée à la demande royale, afin notamment de faire oublier que celui qui a adoubé François Ier lors de son sacre (c'est-à-dire le connétable de Bourbon) s'est rangé en 1523 du côté de Charles Quint. Pire, le connétable serait l'artisan de la future défaite de Pavie, et donc de l'emprisonnement de François Ier. La légende a donc été donc inventée afin de faire oublier les liens « filiaux » qui liaient le roi et son traitreux sujet, tandis qu'elle aurait renforcé un lien (inexistant au départ) entre le souverain et le symbole du courage et de la vaillance, mort en 1522. Cette invention pourrait également être liée à la volonté du roi de France de se montrer le parfait exemple, chevaleresque entre tous, alors qu'il était prisonnier.

Troupes Disponibles

Min

Max

Nom

Description Française

English Description

6

30

Gendarmes d'ordonnance

Cavalerie, Extra lourds, ,, Lance médiévale +Masse, Supérieurs, Enthousiastes

Cavalry, Extra Heavy, ,, Heavy Lance + Mace, Superior, Enthousiasts

6

30

« Archers » d'ordonnance

Cavalerie, Très lourds, ,, Lance médiévale +Masse,

Cavalry, Very Heavy, ,, Heavy Lance + Mace,

0

24

Argoulets et Carabins

Cavalerie Ordre dispersé, Lourds, Arquebuse, Lance courte,

Open order Cavalry, Heavy, Arguebus, Spear,

0

20

Stradiots

Cavalerie Ordre dispersé, Javelots, Lance courte, Vétérans, Couards

Open order Cavalry, Javelin, Spear, Veteran, Cowards

20

180

Piquiers

Infanterie Ordre serré, Très lourds, ,, Piques, Recrues,

Close order Infantry, Very Heavy, ,, Pike, Raw,

0

36

Hallebardiers

Infanterie , Très lourds, ,, Hallebarde, Recrues,

Order Infantry, Very Heavy, ,, Halberd, Raw,

0

120

Arquebusiers

Infanterie , Arquebuse, Arme de poing, Recrues,

Order Infantry, Arguebus, Side arm, Raw,

0

8

Canon lourd à 4 servants

Servant d'artillerie à pied , Canon de 8 à 11 livres, Arme de poing,

Foot Artilery crew, 8 to 11 Pnd Gun, Side arm,

4

12

Canon moyen à 4 servants

Servant d'artillerie à pied , Canon 4 à 7 livres, Arme de poing,

Foot Artilery crew, 4 to 7 Pnd Gun, Side arm,

0

8

Canon léger à 3 servants

Servant d'artillerie à pied , Canon moins 4 livres, Arme de poing,

Foot Artilery crew, Under 4pnd Gun, Side arm,

Caractéristiques en CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire

Troupe

Min

Max

Type

Ord

Cui

Bou

Vies

Act

Red

Piv

Ent

Mor

Arme de Tir

Port

Fact

T/Tour

T/Fig

Notes Tir

Arme de mêlée

Fac

RS

C/Fig

Notes C&C

Spécial

Gendarmes d'ordonnance

6

30

MCM

OM

3

0

1

2

2

4

S

E

Non Tireur

0

0

0

0

 

Lance médiévale +Masse

2 et 4

0

1

2 au 1er tour combat si attaque, 4 ensuite

/ /

« Archers » d'ordonnance

6

30

MCM

OM

2

0

1

3

3

3

N

N

Non Tireur

0

0

0

0

 

Lance médiévale +Masse

2 et 4

0

1

2 au 1er tour combat si attaque, 4 ensuite

/ /

Argoulets et Carabins

0

24

IPM

OD

1

0

1

5

6

0

N

N

Arquebuse

4

5

1

1

Ignore armure

Lance courte

4

0

1

 

/ /

Stradiots

0

20

MCD

OD

0

0

1

5

6

0

V

C

Javelots

2

4

2

1

 

Lance courte

4

0

1

 

/ /

Piquiers

20

180

IPS

OS

2

0

1

2

2

4

R

N

Non Tireur

0

0

0

0

 

Piques

5

3

1

 

/ /

Hallebardiers

0

36

IPM

OM

2

0

1

2

2

4

R

N

Non Tireur

0

0

0

0

 

Hallebarde

4

0

1

Supprime les RS adverses - pas de bouclier

/ /

Arquebusiers

0

120

IPM

OM

0

0

1

2

3

3

R

N

Arquebuse

4

5

1

1

Ignore armure

Arme de poing

5

0

1

 

/ /

Canon lourd à 4 servants

0

8

SAP

OM

0

0

1

2

1

5

N

N

Canon de 8 à 11 livres

10

4

1

2

Ignore armure

Arme de poing

5

0

1

 

/ /

Canon moyen à 4 servants

4

12

SAP

OM

0

0

1

2

1

5

N

N

Canon 4 à 7 livres

8

5

2

2

Ignore armure

Arme de poing

5

0

1

 

/ /

Canon léger à 3 servants

0

8

SAP

OM

0

0

1

2

1

5

N

N

Canon moins 4 livres

6

5

2

2

Ignore armure

Arme de poing

5

0

1

 

/ /

Les minima sont donnés pour des armées d'environ 1000 points, permettant de longues parties d'une soirée entière. Pour des parties plus courtes, n'hésitez pas à les diviser.

=======================================================================================