Menu
NEWS?
Last Updates
Mises à jour
Faire un Don (Paypal)/Make Donation
Donators Have access to personalized service, Budget for balancing armies, Custom army lists, Unit Cards and many more
Télécharger gratuitement la Règle CLASH ! en français
Don conseillé si satisfaits : 10 euros
Download English version CLASH !
FREE. Tip welcomed if satisfied
Télécharger le modèle des fiches d'unité / Download Unit Cards template
Suivez nous sur Facebook
40 Armées Indispensables : de Qadesh à La Marne
T 1 : Armées Antiques et Médiévales
T1.1 : L'Europe
T1.2 : L'Asie
T1.3 : Le Reste
T 2 : Armées 1500-1700
T 3 : Armées 1700-1790
T 4 : Armées 1790-1850
T 5 : Armées 1850-1925
T 6 : Armées Imaginaires
Plans de Terrains pour "combats de rencontre"
Scénarios (Plans de terrains + conditions de victoire)
Nous contacter par Messenger pour :
Proposer une liste, un terrain, un scénario
Demander une liste
Tous droits résérvés © Vincent Hérelle + Philippe Bondurand, 2020

CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire

- Les 40 Armées indispensables -

Liste AI 31 - Armée d'Afrique

Le roi de France, Charles X, et le président du Conseil, le prince de Polignac, prennent la décision d'entreprendre une expédition militaire dans le Nord de l'Afrique au printemps 1830, au plus tard le 11 avril, date de l'ordonnance nommant le comte de Bourmont commandant en chef du corps expéditionnaire. Les historiens continuent à débattre apremment si cette décision relève de raisons tenant plus à la politique intérieure du royaume de France qu'à la dégradation de ses relations avec la régence d'Alger. Le gouvernement français avait attendu trois ans après le « coup d'éventail » de 1827 (raison affichée de la conquête). Pour certains, le gouvernement ultra du prince de Polignac espérait non seulement revivre les conquêtes militaires de Napoléon et consolider l’influence française dans le bassin occidental de la Méditerranée, mais aussi juguler l'opposition intérieure pour renouer avec le prestige monarchique dont rêvait Charles X.

Un blocus maritime est mis en place. L'invasion est conseillée par Polignac, afin de sauver la situation intérieure française. Charles X avoue vouloir retrouver l'esprit des victoires de Cortès[réf. nécessaire] avec l'espoir de conquérir l'Afrique.

L'expédition débute le 14 juin, date à laquelle le corps expéditionnaire français débarque sur la presqu'île de Sidi-Ferruch. Elle prend fin 21 jours plus tard, le 5 juillet, date à laquelle, après plusieurs batailles, le dey d'Alger, Hussein, signe à El Biar un acte de reddition, la capitulation d'Alger. Puis les troupes françaises entrent dans la ville le 9 juillet : Alger est prise. Elle constitue le premier épisode de la conquête de l'Algérie par la France.

Au début, la France en Algérie s'en tint à une « occupation restreinte » mais ces zones étaient sans cesse harcelées par les tribus, soutenues par les princes de l'intérieur, ce qui amena à des expéditions vers Tlemcen ou Constantinople. On passa même le trompeur traité de la Tafna avec « l'émir » Abd-el-Kader, très contesté par les grands chefs musulmans. Mais la poursuite des affrontements amena à une politique plus agressive, hors de la zone officiellement reconnue à Abd-el-Kader mais celui-ci revendiquait tout le Maghreb. Le 13 octobre 1837, le général Valée et le duc de Nemours prennent la ville de Constantine. En octobre 1839, le duc d'Orléans réussit à passer de Constantine à Alger par le défilé des Bibans dit des Portes de Fer. Alors Abd-el-Kader tomba le masque et se lança dans le jihâd et la guérilla. Le général Bugeaud, successeur de Valée, prit l'offensive. En mai 1841, il frappa au cœur de l'émirat en prenant Mascara. Le 16 mai 1843, le duc d'Aumale et le général Youssouf s'emparèrent de la Smala. Le 11 novembre 1843, l'émir perdait ses dernières troupes et trouvait asile auprès de son beau-père, le sultan du Maroc Abd al-Rahmn qui entra en guerre pour annexer Tlemcen et Oran. L'escadre du prince de Joinville bombarda Tanger et s'empara de Mogador, tandis que le général Bugeaud remportait la victoire d'Isly (14 août 1844). Le traité de Tanger, conclu le 10 septembre 1844, fermait le territoire marocain à l'émir. Abd el-Kader allait poursuivre la guérilla pendant trois ans, avant de se rendre au général Lamoricière le 23 décembre 1847 à Sidi-Brahim.

Les troupes particulières de l'Armée d'Afrique

Zouaves

Le « zouave » vient de l'arabe algérien Zwawa ou Zouaouas, désignant une confédération de tribus kabyles du nord du Djurdjura, qui fournissaient des soldats aux Ottomans de la régence d'Alger. Le 15 août 1830, le Comte de Bourmont recrute 500 zouaves à partir de l'Armée Ottomane. Sommé de renvoyé un maximum de troupes en métropole au plus vite, son successeur, le général Clauzel, décide d'augmenter le recrutement local. Il crée le 1er octobre 1830 deux bataillons de Zouaves formant corps, de 8 compagnies de 100 hommes.

Au début, la troupe et une partie des gradés devaient être indigènes tandis que l'état-major du bataillon, les capitaines, les lieutenants, les sergents-majors, les fourriers, et la moitié des sergents et des caporaux devaient être Français. Parmi les premiers capitaines, on trouve Duvivier et de La Moricière. 46% des premiers engagés ayant déserté en 15 mois, le commandement, qui voulait conserver les deux bataillons, fut obligé d'y introduire un plus grand nombre de Français. Le 7 mars 1833, on doit réduire les Zouaves à un bataillon de dix compagnies, dont 2 compagnies entièrement françaises. La proportion d'indigènes baissa régulièrement mais, dès 1835, un deuxième bataillon est levé. Le 3e bataillon créé à Tlemcen le 10 mars 1837 ne comptait que six Arabes à son effectif.

Suite aux menaces d'Abd-el-Kader, le recrutement indigène se tarit brusquement et ce troisième bataillon fut dissout le 21 décembre 1838. Lorsque le 8 septembre 1841, le corps des Zouaves devint le « régiment de Zouaves, employé en Algérie, autorisé à recevoir des indigènes », il restait à peine assez d'indigènes pour former les huitièmes compagnies de chaque bataillon. On incorpora des volontaires européens de toutes origines, rapidement fondus dans le moule. Ces soldats européens se distinguaient nettement des soldats qui servaient dans l'infanterie par leur lien au service, par leur origine géographique et par leur instruction ce qui, avec la qualité de leurs officiers et la tenue orientale, contribuèrent à créer un esprit de corps très vivant.

Les Zouaves étaient devenus très célèbres depuis la prise de Constantine. Le premier régiment est placé sous le commandement du colonel de La Moricière. Ils s'illustrent encore à la bataille de l'Ouarsenis (1842), à celle d'Isly (1844), et prennent Zaatcha en 1849. Le 13 février 1852, Louis-Napoléon signe un décret portant à trois le nombre de régiments de zouaves, chacun des trois bataillons existants formant le noyau des nouveaux régiments ainsi créés.

Tirailleurs algériens (Turcos)

Un premier bataillon de Tirailleurs Indigènes est créé en 1838 à Oran avec des koulouglis. Il ouvre la voie à trois bataillons de Tirailleurs Indigènes, créés le 7 décembre 1841 pour accueillir les indigènes au moment où les Zouaves deviennent un corps à recrutement exclusivement français. Au début les bataillons sont indépendants et participent à la plupart des opérations de conquête et de pacification en Algérie notamment à Constantine et Laghouat. En 1856, trois régiments à trois bataillons de six compagnies sont créés, un dans chaque département d'Algérie.

Légion étrangère

La Légion étrangère est créée par ordonnance du 9 mars 1831 par le roi des Français Louis-Philippe, à l'instigation du maréchal Soult, ministre de la Guerre. Cette troupe est destinée à combattre seulement en dehors du territoire continental du Royaume. Elle rassemble au début des soldats venant de différents corps étrangers supprimés, les gardes suisses, , le régiment suisse de la garde royale et le régiment Hohenlohe issu du 2e régiment étranger des armées napoléoniennes.

Au début, la Légion comprend 7 bataillons répartis par les langues : le 1er (suisse) avec les anciens des gardes suisses et du régiment Hohenlohe, 2e et 3e (Suisses et Allemands), 4e (Espagnols et Portugais), 5e (Sardes et Italiens), 6e (Belges et Hollandais) et 7e (Polonais). En 1834, les Espagnols du 4e bataillon sont démobilisés et autorisés à rentrer dans leur pays, en proie à la guerre civile. Louis-Philippe cède à l'Espagne le 28 juin 1835 cette première Légion étrangère qui devient officiellement une partie de l'armée espagnole. Le 16 décembre 1839, Louis-Philippe décide de la création d'une nouvelle Légion afin de renforcer les troupes françaises en Algérie. Trois bataillons sont alors créés puis deux autres en 1840 avec les survivants de l'aventure espagnole. Ces 5 bataillons forment alors 2 régiments étrangers.

En 1832, la Légion est employée à l'assèchement des marais dans la région d'Alger. Les 1er et 3e bataillons s'emparent d'une redoute à Maison-Carrée pour sécuriser la zone. Le 7e bataillon prend alors le numéro 4. En 1849, le 1er bataillon participe activement au siège et à la prise de Zaatcha.

Bataillons d'infanterie légère d'Afrique

L'infanterie légère d'Afrique est créée en juin 1832 pour reprendre dans l'Armée les militaires condamnés ayant purgé leur peine et les « fortes têtes ». Elle n'est donc pas une formation disciplinaire mais une formation d'épreuve.A partir de 1836, ces unités accueillent également des conscrits frappés par une condamnation de droit commun, ou connus pour leurs activités illégales.

Les Bataillons d'infanterie légère d'Afrique (BILA) forment corps. Les 2 premiers BILA sont créés le 3 juin 1832, le 3ème le 20 juin 1833. Le 1er Bataillon participe en février 1840 à la défense de la redoute de Mazagran, assiégée par les troupes de Ben Thami, et le 24 juillet 1843 à la bataille de l'Oued el Hammam. Le 3ème bataillon participe aux opérations de la Tafna, puis au second siège de Constantine (1837), à la bataille de Zaatcha le 26 novembre 1849 et à celle de Laghouat, le 4 décembre 1852.

Chasseurs d'Afrique

Le 17 novembre 1831 furent créés deux régiments de chasseurs d'Afrique à partir des trois escadrons de chasseurs à cheval débarqués en 1830 et de volontaires provenant de la cavalerie métropolitaine. Au début, ils reçurent aussi des volontaires indigènes notamment des chasseurs algériens mais rapidement ils ne comptèrent plus que des européens. Le 3ème régiment fut créé en 1832 et le 4ème en 1839.

Spahis

Les spahis, du turc « sipâhi » signifiant « soldat-cavalier », étaient les cavaliers féodaux de l'Empire Ottoman, qui au début servaient en échange d'un fief. Pour la Régence, c'étaient un corps de cavalerie régulier sur le modèle ottoman, des cavaliers fournis par les tribus. A la conquète française, ils postulent pour servir sous la conduite d'un aventurier italo-corse ancien esclave à Tunis, Joseph Vantini dit Youssouf, qui finira général français. Corps de cavaliers indigènes, il ne manquera jamais de volontaires.

En 1831, des escadrons de « chasseurs-spahis » ou spahis irréguliers sont adjoints à chaque régiment de chasseur d'Afrique. Le 10 septembre 1834 sont créés 4 escadrons de spahis réguliers, devenus 14 escadrons l'année suivante. Le 7 décembre 1841 ils forment un unique corps de cavaliers indigènes. L'ordonnance du 2 juillet 1845 crée trois régiments de spahis : le 1er régiment de spahis algériens à Alger, le 2ème à Oran, et le 3ème à Bône/Constantine. Leur premier chef est le « colonel-agha » Guillaume-Stanislas Marey-Monge. Leurs principaux faits d'armes sont les 2 expéditions de Constantine en 1836 et en 1837, celle des Portes de Fer en 1839, la prise de la smala d'Abd el-Kader en 1843, la bataille d'Isly en 1844, les Aurès en 1846, la prise de Zaatcha en 1849 et celle de Laghouat en 1852 et ainsi de suite.

Zouaves à cheval

Trois escadrons de zouaves à cheval sont formés fin 1830 mais intégrés dès 1831 aux chasseurs d'Afrique.

Compagnies auxiliaires des « volontaires parisiens »

Après le succès de la Révolution de juillet, le gouvernement avait envoyé en Afrique des manifestants qui s'étaient spontanément regroupés en groupes pseudo militaires qu'on désignait sous le nom de « Volontaires parisiens ». A Alger, ces hommes furent incorporés dans des compagnies auxiliaires. Sans autre passé militaire que leur participation aux journées de juillet, une partie se retrouvèrent incorporés dans les Zouaves et le reste formèrent le 67e régiment d'infanterie.

Bataillon de Tirailleurs d'Afrique

Le bataillon de Tirailleurs d'Afrique a été formé à Pau en 1836 avec des Français volontaires pour servir dans la Légion étrangère en Espagne que le gouvernement français avait renoncé à y envoyer. Il fut incorporé dans les Zouaves le 8 septembre 1841, quand le corps des Zouaves devint le « régiment de Zouaves ».

Chasseurs algériens

Cette unité de cavalerie indigène fut formée en octobre 1830 par le chef d'escadron Marey-Monge. Le 17 novembre 1831 elle fut incorporée dans les régiments de chasseurs d'Afrique créés le même jour.

Compagnies méharistes

Des expérimentations d'unité mobiles montées sur dromadaires furent expérimentées entre 1843 et 1848 mais les nécessités opérationnelles ne furent pas pérennisées alors.

Compagnies de « Turcs auxiliaires »

Ces compagnies ont été créées à Oran, Mostaganem, Bône et Constantine par les beys ralliés après avoir été vaincus. Composées surtout de koulouglis (fils de turcs et d'indigènes), elles combattent à la turque. Elles disparaissent peu à peu, incluses dans les tirailleurs algériens.

Nom Français English
Bataillons de ligne Infanterie Ordre serré, Fusil à pierre, Baïonnettes, Close order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Bataillons d'infanterie légère Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Régiment de Hohenlohe (étranger) Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Bataillon de tirailleurs de Vincennes Infanterie Ordre dispersé, Fusil rayé à silex, Baïonnettes, Open order Infantry, Muzzle loading rifle, Bayonet,
Bataillons de chasseurs , « chasseurs d'Orléans » de 1842 à 1848. Infanterie Ordre dispersé, Fusil rayé à silex, Baïonnettes, Open order Infantry, Muzzle loading rifle, Bayonet,
Bataillon de marins des équipages de ligne Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Garde nationale au service ordinaire Infanterie Ordre serré, Fusil à pierre, Baïonnettes, Recrues, Close order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Raw,
Garde nationale au service de réserve Infanterie Ordre serré, Fusil à pierre, Baïonnettes, Recrues, Hésitants Close order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Raw, Wavering
Garde nationale de Paris Infanterie Ordre serré, Fusil à pierre, Baïonnettes, Recrues, Close order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Raw,
Régiments de carabiniers Cavalerie, Lourds, Pistolet à pierre, Latte, Cavalry, Heavy, Flint Pistol, Straight Sabre,
Régiments de cuirassiers Cavalerie, Lourds, Pistolet à pierre, Latte, Cavalry, Heavy, Flint Pistol, Straight Sabre,
Régiments de dragons Cavalerie, Pistolet à pierre, Latte, Cavalry, Flint Pistol, Straight Sabre,
Chasseurs à cheval Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Sabre, Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Sabre,
Hussards Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Sabre, Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Sabre,
Régiment des Lanciers d'Orléans Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Lance courte, Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Spear,
Lanciers Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Lance courte, Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Spear,
Artillerie de 6 livres Servant d'artillerie , Canon de 8 à 11 livres, Baïonnettes, Foot Artilery crew, 8 to 11 Pnd Gun, Bayonet,
Artillerie de 8 livres Servant d'artillerie , Canon de 8 à 11 livres, Baïonnettes, Foot Artilery crew, 8 to 11 Pnd Gun, Bayonet,
Artillerie compagnies de réserve de 12 livres Servant d'artillerie , Canon 12 à 17 livres, Baïonnettes, Foot Artilery crew, 12 to 17 Pnd Gun, Bayonet,
Artillerie à cheval compagnies de 6 livres Servant d'artillerie volante , Canon de 8 à 11 livres, Baïonnettes, Horse Artilery crew, 8 to 11 Pnd Gun, Bayonet,
Batterie de montagne de 6 livres court Servant d'artillerie , Canon 4 à 7 livres, Baïonnettes, Foot Artilery crew, 4 to 7 Pnd Gun, Bayonet,
Batterie à fusées de 8 livres Servant d'artillerie , Fusées Congrève, Baïonnettes, Foot Artilery crew, Congreve rockets, Bayonet,
Batterie de fusils de rempart Servant d'artillerie , Canon 4 à 7 livres, Baïonnettes, Hésitants Foot Artilery crew, 4 to 7 Pnd Gun, Bayonet, Wavering
Armée d'Afrique
Zouaves Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Enragés Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Angry
Tirailleurs Indigènes Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Enragés Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Angry
Tirailleurs algériens Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Enragés Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Angry
1ère Légion étrangère Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Enragés Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Angry
2ème Légion étrangère Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Enragés Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Angry
Bataillons d'infanterie légère d'Afrique (BILA) Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Enthousiastes Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Enthousiasts
Bataillon de Tirailleurs d'Afrique Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Compagnies auxiliaires des « volontaires parisiens » réunies Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Compagnies méharistes réunies Infanterie méhariste Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Meharist Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Bataillon de la Garde nationale d'Alger Infanterie Ordre serré, Fusil à pierre, Baïonnettes, Recrues, Close order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Raw,
Chasseurs d'Afrique Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Sabre, Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Sabre,
Spahis réguliers Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Sabre, Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Sabre,
Spahis irréguliers Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Sabre, Hésitants Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Sabre, Wavering
Zouaves à cheval Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Sabre, Enthousiastes Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Sabre, Enthousiasts
Chasseurs algériens Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Sabre, Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Sabre,
Alliés indigènes
Fantassins des tribus alliés Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Fantassins montés des tribus alliés Infanterie montée Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Mounted Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Fantassins chameliers des tribus alliés Infanterie méhariste Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Meharist Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Irréguliers alliés Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Hésitants Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Wavering
Compagnies de « Turcs auxiliaires » réunies Infanterie Ordre dispersé, Fusil à pierre, Baïonnettes, Open order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet,
Garnison urbaine alliés Infanterie Ordre serré, Fusil à pierre, Baïonnettes, Recrues, Close order Infantry, Smooth Bore mousquet, Bayonet, Raw,
Cavalerie tribale alliés Cavalerie Ordre dispersé, Mousqueton à silex, Sabre, Enragés Open order Cavalry, Flint cavalry gun, Sabre, Angry
Artillerie alliés Servant d'artillerie , Canon de 8 à 11 livres, Baïonnettes, Recrues, Foot Artilery crew, 8 to 11 Pnd Gun, Bayonet, Raw,

Caractéristiques en CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire
Armée d'Afrique
Troupe m Max Type Ord C B V A R P E M Arme Tir P F T/T T/F Notes Tir Arme de mêlée F RS C/F Notes C&C Spécial
Zouaves 0 3 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 2 bataillons 1er octobre 1830, 1 7 mars 1833, 2 en 1835, 3 10 mars 1837, 2 21 décembre 1838, 3 8 septembre 1841.Enragés
Tirailleurs Indigènes 0 1 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 1838 au 7 décembre 1841Enragés
Tirailleurs algériens 0 3 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 le 7 décembre 1841Enragés
1ère Légion étrangère 0 7 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 7 bataillons 9 mars 1831, 6 en 1834, cédée à l'Espagne le 28 juin 1835Enragés
2ème Légion étrangère 0 6 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 3 bataillons 16 décembre 1839, 5 en 1840, 6 le 30 décembre 184Enragés
Bataillons d'infanterie légère d'Afrique (BILA) 0 3 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N E Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 2 le 3 juin 1832, 3 le 20 juin 1833.
Bataillon de Tirailleurs d'Afrique 0 1 Infanterie OD 0 0 1 3 5 1 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 1836 au 8 septembre 1841.
Compagnies auxiliaires des « volontaires parisiens » réunies 0 1 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 de 1830 à 1835.
Compagnies méharistes réunies 0 1 Infanterie méhariste OD 0 0 1 4 5 1 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 de 1843 à 1848./ Effet chameaux/
Bataillon de la Garde nationale d'Alger 0 1 Infanterie OS 0 0 1 2 3 3 R N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 créé en 1831.
Chasseurs d'Afrique 0 4 Cavalerie OD 0 0 1 5

6

0

N N Mousqueton à silex 3 5 2 1 Tir monté= -1 tir/tour - Ignore armure Sabre de cavalerie 5 0 1 2 régiments le 17 novembre 1831, 3 en 1832 et 4 en 1839.
Spahis réguliers 0 3 Cavalerie OD 0 0 1 5

6

0

N N Mousqueton à silex 3 5 2 1 Tir monté= -1 tir/tour - Ignore armure Sabre de cavalerie 5 0 1 1 groupement 10 septembre 1834, 3 après 1835
Spahis irréguliers 0 3 Cavalerie OD 0 0 1 5 6 0 N H Mousqueton à silex 3 5 2 1 Tir monté= -1 tir/tour - Ignore armure Sabre de cavalerie 5 0 1 2 groupements en 1831, 3 en 1832 selon les besoins après 1834.
Zouaves à cheval 0 1 Cavalerie OD 0 0 1 5 6 0 N E Mousqueton à silex 3 5 2 1 Tir monté= -1 tir/tour - Ignore armure Sabre de cavalerie 5 0 1 de fin 1830 au 17 novembre 1831.
Chasseurs algériens 0 1 Cavalerie OD 0 0 1 5 6 0 N N Mousqueton à silex 3 5 2 1 Tir monté= -1 tir/tour - Ignore armure Sabre de cavalerie 5 0 1 Octobre 1830 au 17 novembre 1831
Alliés indigènes
Fantassins des tribus alliés 0 10 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1
Fantassins montés des tribus alliés 0 4 Infanterie montée sur chevaux OD 0 0 1 4 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1
Fantassins chameliers des tribus alliés 0 2 Infanterie méhariste OD 0 0 1 4 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 Si Sahara, au lieu des précédents/ Effet chameaux/
Irréguliers alliés 0 2 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N H Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1
Compagnies de « Turcs auxiliaires » réunies 0 1 Infanterie OD 0 0 1 3 4 2 N N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 de 1830 à 1841.
Garnison urbaine alliés 0 1 Infanterie OS 0 0 1 2 3 3 R N Fusil à pierre 4 5 2 1 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1
Cavalerie tribale alliés 0 40 Cavalerie OD 0 0 1 5 6 0 N N Mousqueton à silex 3 5 2 1 Tir monté= -1 tir/tour - Ignore armure Sabre de cavalerie 5 0 1 Enragés
Artillerie alliés 0 1 Servant d'artillerie OM 0 0 1 2 1 5 R N Canon de 8 à 11 livres 10 4 1 2 Ignore armure Baïonnettes 5 1 1 Si 4 unités d'infanterie alliée
1Une partie de ces volontaires formèrent le bataillon de Tirailleurs d'Afrique, envoyé en Algérie et versé dans les zouaves.

=======================================================================================