Menu
NEWS?
Last Updates
Mises à jour
Faire un Don (Paypal)/Make Donation
Donators Have access to personalized service, Budget for balancing armies, Custom army lists, Unit Cards and many more
Télécharger gratuitement la Règle CLASH ! en français
Don conseillé si satisfaits : 10 euros
Download English version CLASH !
FREE. Tip welcomed if satisfied
Télécharger le modèle des fiches d'unité / Download Unit Cards template
Suivez nous sur Facebook
40 Armées Indispensables : de Qadesh à La Marne
T 1 : Armées Antiques et Médiévales
T1.1 : L'Europe
T1.2 : L'Asie
T1.3 : Le Reste
T 2 : Armées 1500-1700
T 3 : Armées 1700-1790
T 4 : Armées 1790-1850
T 5 : Armées 1850-1925
T 6 : Armées Imaginaires
Plans de Terrains pour "combats de rencontre"
Scénarios (Plans de terrains + conditions de victoire)
Nous contacter par Messenger pour :
Proposer une liste, un terrain, un scénario
Demander une liste


Rassembler la documentation nécessaire à ces centaines de listes d'armées a un coût. Merci de nous aider selon vos moyens.
Je suis au RSA, mais merci de votre boulot 1
Vous pourriez me faire telle liste d'armée? 5 (au moins)
Si je pouvais je ferai plus, la vie est dure, hein? 10
Wahou les gars, quel boulot, je vous offre un bouquin ! 15
Rien que ce que vous offrez, gratuitement, ça les vaut 20
Je suis raide dingue de cette règle, merci beaucoup ! 50
Tous droits résérvés © Vincent Hérelle + Philippe Bondurand, 2020

CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire
- Les Armées de la Renaissance -

Liste R07 Angleterre 1558-1603

Élisabeth Ire, née le 7 septembre 1533 au palais de Placentia à Londres et morte le 24 mars 1603 au palais de Richmond à Londres, fut reine d'Angleterre et d'Irlande de 1558 à sa mort.

Élisabeth était la fille du roi Henri VIII d'Angleterre, et le cinquième et dernier membre de la dynastie des Tudor sur le trône anglais. Élisabeth Ire s'entoura d'un groupe de conseillers de confiance mené par William Cecil pour définir sa politique. Comme reine, l'une de ses premières décisions fut de restaurer l'autorité de l'Église protestante anglaise aux dépens de lÉglise catholique promue par sa demi-sur Marie, comme seule religion d'État, et devint le gouverneur suprême de l'Église anglicane. Ce Règlement élisabéthain évolua par la suite pour devenir l'Église d'Angleterre.

Elle était politiquement plus modérée que l'avaient été son père, son demi-frère et sa demi-sur ; l'une de ses devises était video et taceo (littéralement « je vois et je me tais »). Élisabeth Ire était relativement tolérante sur le plan religieux et n'engagea pas de persécutions. En 1570, le pape l'excommunia et encouragea les sujets catholiques d'Élisabeth à ne plus lui obéir. La reine, qui échappa à plusieurs complots, adopta une diplomatie prudente et ménagea les grandes puissances européennes qu'étaient la France et l'Espagne. Elle ne soutint qu'à contrecur plusieurs campagnes militaires dans les Pays-Bas, en France et en Irlande qui échouèrent en grande partie du fait de manque de ressources. Pendant son règne éclata la guerre anglo-espagnole qui vit l'Armada espagnole (Invincible Armada) tenter d'envahir le royaume d'Angleterre en 1588. Après les brefs règnes de ses demi-frère et demi-sur, ses 44 années sur le trône ont apporté une stabilité bienvenue au royaume et aidé à forger une identité nationale.

En octobre 1562, les troupes anglaises occupèrent Le Havre avec l'intention de l'échanger contre Calais qui était tombé aux mains des Français en janvier 1558. Le plan échoua, car les alliés huguenots d'Élisabeth Ire rejoignirent les troupes catholiques pour reprendre la ville, et les Anglais durent se replier en juin 1563. Après cette attaque, Élisabeth Ire n'entreprit pas d'autres expéditions militaires sur le continent jusqu'en 1585. Elle mena néanmoins une politique agressive par l'intermédiaire de sa flotte et de ses « chiens de mer » comme John Hawkins ou Walter Raleigh qui s'attaquèrent au commerce espagnol dans les Caraïbes et l'Atlantique. Elle adouba ainsi le corsaire Francis Drake après sa circumnavigation du monde entre 1577 et 1580, et ce dernier s'illustra par la suite lors de ses assauts contre les ports et les navires espagnols (spécialement dans le Nouveau Monde, d'où les galions espagnols revenaient chargés d'or et de métal d'argent).

En 1585, Élisabeth Ire déploya une armée anglaise pour soutenir la révolte des Hollandais protestants contre Philippe II. Cela suivait la mort, en 1584, de ses alliés le stathouder Guillaume Ier d'Orange-Nassau et le duc François d'Anjou, ainsi que la reddition de plusieurs villes hollandaises au duc Alexandre Farnèse, gouverneur espagnol des Pays-Bas méridionaux. En décembre 1584, la signature d'une alliance entre Philippe II et la Ligue catholique française par le traité de Joinville menaçait la capacité du frère du duc d'Anjou, le roi Henri III de France, à contrer la domination espagnole dans les Pays-Bas.

Cela étendait également l'influence espagnole sur la côte sud de la Manche où la Ligue catholique était puissante et exposait l'Angleterre à une possible invasion. La prise d'Anvers par Farnèse à l'été 1585 après un siège d'un an, imposait une réaction anglaise, et en août 1585, Élisabeth Ire signa le traité de Sans-Pareil par lequel elle promettait de soutenir militairement les Hollandais. Le traité marqua le début de la guerre anglo-espagnole qui se termina par le traité de Londres en 1604.
Même si elle était menée par son ancien soupirant, Robert Dudley, Élisabeth Ire ne lui apporta pas un soutien très franc. Sa stratégie qui consistait à simplement soutenir les Hollandais tout en menant des négociations secrètes avec l'Espagne, dès les jours qui suivraient l'arrivée de Dudley en Hollande, était à l'opposé de celle de Dudley et des Hollandais qui voulaient mener une campagne offensive. Il blessa profondément la reine en acceptant le poste de gouverneur-général des mains des états généraux des Provinces-Unies. Élisabeth Ire considéra qu'il s'agissait d'une ruse hollandaise pour l'obliger à accepter sa souveraineté sur les Pays-Bas, ce qu'elle avait jusqu'alors toujours refusé. Elle envoya une lettre de désapprobation qui fut lue devant le Conseil d'État en présence de Dudley. L'humiliation publique de son « lieutenant-général » associée à ses négociations en vue d'une paix séparée avec l'Espagne sapa profondément ses soutiens dans les Pays-Bas. La campagne militaire fut entravée par les refus répétés d'Élisabeth d'envoyer les fonds promis pour soutenir ses troupes. Sa réticence à s'engager, les mauvaises décisions militaires et politiques de Dudley, ainsi que le chaos politique hollandais, entraînèrent l'échec de la campagne. Dudley démissionna de son commandement en décembre 1587.

R07 Angleterre 1558-1603

Désignation

Min

Max

Type

Front

Cui

Bcl

Vies

Act

Man

Piv

Ent

Mor

Arme de Tir

Port

Fact

T/Tour

T/Fig

Arme de mêlée

Fact

RS

Spécial
Demi-Lances

0

16

C

OM

2

0

1

3

5

1

N

N

1 pistolet

1

5

1

1

lance

3

0

3 Premier tour combat si att. Puis 4
passer en armure 3

0

24

-

-

3

-

-

2

4

2

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Border Horse

12

36

C

OD

1

0

1

4

5

1

R

N

NON

0

0

0

0

Lance courte

4

0

donner bouclier

0

36

-

-

-

1

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Donner 1 pistolet

0

36

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

1 pistolet

1

5

1

1

-

-

-

passer en NN

0

24

-

-

-

-

-

-

-

-

N

N

-

-

-

-

-

-

-

-

remplacer lance courte par lance

0

36

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

lance

3

0

3 Premier tour combat si att. Puis 4
Harquebusier

0

10

C

OM

1

0

1

4

5

1

R

N

Arquebuse

3

5

1

1

épée

5

0

passer en OD

0

10

-

OD

-

-

-

5

6

0

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Piquiers avec armure ¾*

24

80

I

OS

2

0

1

2

3

3

R

N

NON

0

0

0

0

Pique

5

3

Piquiers avec corselet*

0

60

I

OS

1

0

1

2

3

3

R

N

NON

0

0

0

0

Pique

5

3

Arquebusier*

0

140

I

OM

0

0

1

2

3

3

R

N

Arquebuse

4

5

1

1

épée

5

0

passer en OD

0

140

-

OD

-

-

-

3

3

3

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Le nombre d'arquebuse doit etre inférieur ou égal au total des piques
Billmen*

10

60

I

OM

1

0

1

2

3

3

R

N

NON

0

0

0

0

Vouge

4

0

Dénie rangs arrières
Longbowmen*

0

60

I

OM

1

0

1

2

3

3

R

N

longbow

4

4

2

1

épée

5

0

Le nombre de longbow doit etre inférieur ou égal à celui de vouges
Mousquetaires*

0

30

I

OM

0

0

1

2

3

3

R

N

Mousquet

4

5

2

1

épée

5

0

Le nombre de mousquet doit etre inférieur à la moitié de celui des Arquebuses à pied
passer de l'infanterie* en NN

0

80

-

-

-

-

-

-

-

-

N

N

-

-

-

-

-

-

-

-

Artillerie

0

15

A

OS

0

0

1

5

5

1

N

N

canon léger

6

5

2

2

Arme de mêlée

5

0

Artillerie

0

5

A

OS

0

0

1

5

5

1

N

N

canon lourd

10

4

1

2

Arme de mêlée

5

0

option irlandais (les minimum de comptent que si l'option est choisie)
Sous Général

1

1

C

OD

1

1

1

5

6

0

V

E

NON

0

0

0

0

Lance courte

4

0

Gallowglass

0

20

I

OM

1

0

1

2

3

3

R

N

javelot

2

4

2

1

Arme 2 mains

4

0

Dénie 1 rang arrière
Kern mercenaires

0

30

I

OM

0

0

1

3

3

3

R

N

javelot

2

4

2

1

épée

5

0

Levées Irlandaises

30

100

I

OD

0

0

1

3

3

3

R

H

javelot

2

4

2

1

couteau

6

0

Les minima sont donnés pour des armées d'environ 1000 points, permettant de longues parties d'une soirée entière. Pour des parties plus courtes, n'hésitez pas à les diviser.

=======================================================================================