Liste 226 Arménie (300 av JC à 428 après JC)

L'arménien constitue un rameau isolé du groupe indo-européen. Si, dans la plupart des langues, le mot « Arméniens » est utilisé pour désigner ce peuple, les Arméniens eux-mêmes se nomment « Hay » (en alphabet arménien : « Հայ », au pluriel : « Hayer », « Հայեր »), nom qui semble provenir du héros national éponyme Haïk. Par ailleurs, « Arménie » s'écrit « Հայաստան » en arménien, et se prononce « Hayastan ». Selon la tradition arménienne, Haïk serait le fils de Torgom, fils de Gomer, fils de Japhet, lui-même fils de Noé, et les Arméniens auraient peuplé la région au pied du mont Ararat après le Déluge.

Le mot « Arménie » proviendrait de l'araméen. Selon Élisée Reclus, « l'appellation d'Arménie, d'origine araméenne et signifiant probablement « Haut pays », est un terme des plus vagues, appliqué d'une manière générale à toute la région des plateaux que couvre le double-cône de l'Ararat. »

Après la conquête de l'empire perse par Alexandre le Grand, les successeurs d'Oronte, satrape Achéménide de la région, prennent le titre de Roi. Ils restent la plupart du temps indépendants face aux successeurs d'Alexandre dans la région, les Séleucides. Ils adoptent cependant la culture hellénistique.

L'Arménie devient ensuite tributaire des Parthes, doit leur céder des territoires, et le prince héritier, Tigrane, est retenu à la cour parthe. Il deviendra sous le nom de Tigrane II, le plus grand roi d'Arménie. Son empire s'étend de la mer Caspienne à la Méditerranée et correspond à l'extension maximale de l'Arménie. Il conquiert le nord-ouest de l'Iran actuel, la Palestine, la Syrie et le Liban et fonde une nouvelle capitale, Tigranocerte.

L'Arménie est influencée par le monde gréco-romain dans les domaines de la politique, de l'art, de la philosophie et de la religion. Le temple de Garni (77) en est un exemple.

À cette époque, au Ier siècle av. J.-C.., le polythéisme arménien est abandonné au profit du mazdéisme perse, ce qui rapproche le peuple arménien d'une assimilation au reste de la population. L'expansion de l'Arménie vers la Méditerranée inquiète les Romains qui lui déclarent la guerre. Le général romain Lucullus s'empare de sa capitale et Tigrane le Grand est obligé de renoncer à la plupart de ses conquêtes et de s’allier avec Rome. Il continue ensuite de régner jusqu’à sa mort en 55 av. J.-C. Le fils de Tigrane, Artavazde III, est envoyé en exil en Égypte où il est exécuté.

Après plusieurs règnes éphémères, le royaume de l’Arménie s'éteint en l'an 1 et tombe sous contrôle romain.

Au début de notre ère, Rome et les Parthes se disputent l'Arménie. Rome place d'abord des princes étrangers sur le trône. Au terme d'une période de luttes confuses qui va de 35 à 63, le duel entre Rome et les Parthes pour le contrôle de l'Arménie s'achève par un compromis (traité de Rhandeia) : l'Arménie a un souverain issu de la famille royale parthe arsacide mais reste alliée du peuple romain. En 66, l'empereur romain Néron couronne Tiridate Ier roi d'Arménie. La dynastie arsacide arménisée marque durablement la société. Au sommet d'une hiérarchie que l'on peut qualifier de féodale se trouvent les Nakhararq, grandes familles nobles, parmi lesquelles les Mamikonian et les Bagratouni jouent un grand rôle dans la suite de l'histoire arménienne. Chaque grande famille monopolise des offices héréditaires. En cas de guerre, elles fournissent un contingent au roi. Ces grandes familles survivent à la chute de la royauté en 428.

Le IIe siècle voit plusieurs tentatives romaines de mainmise sur l'Arménie qui se révéleront vaines. On retrouve chaque fois un Arsacide sur le trône. En 115, l'empereur Trajan procède à l'annexion pure et simple du pays. Deux ans plus tard, on retrouve sur le trône l'arsacide Vagharch (ou Vologèse) qui fait construire la ville de Vagharchapat (c'est-à-dire « peuplée par Vagharch »), mieux connue sous le nom actuel d'Etchmiadzin. En 162, sous Marc Aurèle et Lucius Verus, les Romains s'emparent de Vagharchapat et mettent sur le trône un de leurs clients, Sohaemus. On ignore comment finit son règne mais quelques années plus tard, la dynastie arsacide est restaurée. En 211, l'empereur Caracalla retient le roi d'Arménie prisonnier à Rome avec pour résultat une nouvelle révolte de l'Arménie. La dynastie arsacide se maintient jusqu'en 428.

L'histoire étant racontée par les vainqueurs, elle n'a retenu que les défaites des arméniens. Ils ont pourtant réussi à maintenir leur indépendance aux confins de deux énormes et puissants empires, là où bien d'autres succombèrent. Peu de peuples de l'époque ont gardé leur unité et leur culture jusqu'ici à travers une histoire qui ne les a pas épargné. Cette liste est un hommage à leur ténacité.

Min Max Nom Type Moral Armes
1 3 Général comme cataphractes      
20 60 Cataphractes arméniens HC Irr C J, A
0 20 passer des cataphractes en Gardes Irr B      
0 60 passer des cataphractes en EHC armés de L      
0 60 passer TOUS les EHC en SHC ou aucun      
0 60 donner un Bcl à des cataphractes      
48 96 archers à cheval LC Irr C A
36 60 javeliniers LI Irr C J, Bcl
0 60 passer des javeliniers en LMI      
0 32 Frondeurs LI Irr C F
16 64 Archers LI Irr C A
0 12 cavaliers Albaniens HC Irr B L
0 16 guerriers Albaniens LI Irr C J, Bcl
0 30 guerriers Ibériens LMI Irr C LL, Bcl
24 40 javeliniers Gordenyens LI Irr C J, Bcl
0 40 passer des javeliniers Gordenyens en LMI      
           
    Option armée de Tigrane le Grand (de 83 à 69 av JC)      
0 60 passer des javeliniers arméniens en imitation de légionnaires MI Reg C AJL, Bcl
0 30 passer des MI en HI      
32 64 ex-Séleucides MI Reg D P; Bcl
12 24 Servants, personnels de camp etc... LMI Irr D IMP
0 24 cavaliers Gordenyens, Cappadociens ou Albaniens LC Irr C J, Bcl

Alliés possibles : Gordenyens ou Arabes, uniquement pour l'armée de Tigrane le Grand

Les cataphractes Irr B ne peuvent être utilisés qu'en gardes des généraux
 

Tous droits réservés © Vincent Hérelle+Philippe Bondurand, 2002-2009

Introduction générale

Comment utiliser ces listes d'armées

Comment établir soi-même une liste d'armée

Addenda

Abréviation des armes

Sommaires des Listes

Sommaire Historique (incomplet mais commenté) :
1 De l'aube des temps à la guerre du péloponnèse 94 listes
2 D'Alexandre le Grand aux grandes invasions 93 listes
3 Des Armées Médiévales aux premières armes à feu 97 listes
4 Loin de la Méditerrannée (Chine, Inde, Japon, Amériques) 97 listes


Sommaire Géographique :

1 Tome 1 : L'Europe
2 Tome 2 : L'Asie
3 Tome 3 : L'Afrique, Les Amériques et l'Océanie