Menu
NEWS?
Last Updates
Mises à jour
Faire un Don (Paypal)/Make Donation
Donators Have access to personalized service, Budget for balancing armies, Custom army lists, Unit Cards and many more
Télécharger gratuitement la Règle CLASH ! en français
Don conseillé si satisfaits : 10 euros
Download English version CLASH !
FREE. Tip welcomed if satisfied
Télécharger le modèle des fiches d'unité / Download Unit Cards template
Suivez nous sur Facebook
40 Armées Indispensables : de Qadesh à La Marne
T 1 : Armées Antiques et Médiévales
T1.1 : L'Europe
T1.2 : L'Asie
T1.3 : Le Reste
T 2 : Armées 1500-1700
T 3 : Armées 1700-1790
T 4 : Armées 1790-1850
T 5 : Armées 1850-1925
T 6 : Armées Imaginaires
Plans de Terrains pour "combats de rencontre"
Scénarios (Plans de terrains + conditions de victoire)
Nous contacter par Messenger pour :
Proposer une liste, un terrain, un scénario
Demander une liste
Tous droits résérvés © Vincent Hérelle + Philippe Bondurand, 2020

CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire

- Les Armées de la Gaule -

Liste VH26 - Bagaudes de Gaule et d'Ibérie (50 à 638)

Les bagaudes (bagaudae en latin) étaient, sous l'empire romain du IIIe et IVe siècle, le nom donné aux bandes armées de brigands, de soldats déserteurs, d'esclaves et de paysans sans terre qui rançonnaient le nord-ouest de la Gaule. Le poids de la fiscalité romaine conjugué à la misère causée par le refroidissement du climat et les pillages des barbares venus du nord semble être, pour la plupart de ces hommes, le motif de vouloir vivre de rapines. Ce nom bagaude dérive du mot celtique qui a donné le breton bagad, qui signifie troupe, groupe, troupeau. Certaines bagaudes se doteront d'une organisation politico-militaire. Dans leur plus grande extension, elles couvriront les deux cinquièmes du territoire de la Gaule (Nord-ouest principalement).

On peut aussi faire un rapprochement avec les usurpations contemporaines qui semblent également la conséquence des problèmes sociaux et de l'agitation politique de l'époque, même si elles ne concernent pas les mêmes classes sociales et ne sont pas identifiées comme bagaudes. Par exemple, en 281 les habitants de Lugdunum soutinrent l'usurpation de Proculus, riche propriétaire terrien qui arma ses 2 000 esclaves. Il prit la fuite dès que les légions impériales s'approchèrent.

En 284 (ou plus tôt selon les auteurs) sont apparues les premières bagaudes menées par Pomponius Élien dans une Gaule du Nord à peine remise des ravages de l’invasion germanique de 276. Des paysans gaulois se révoltèrent contre l'administration impériale. Ils prirent Autun et la saccagèrent. Contenus quelque temps par Aurélien et Probus, ils se révoltèrent de nouveau sous Dioclétien, ayant à leur tête un certain Amandus. Elles furent vaincues en 286 par l’empereur Maximien Hercule.

Les révoltes bagaudes reprirent au IVe siècle, lors des invasions germaniques en Gaule et en Espagne. Les ravages exercés sur la population rurale et urbaine, et l’anarchie développée par le recul de l’autorité impériale parfois remplacée par des dominations barbares moins assurées induisirent de nouveau le regroupement de bandes armées de paysans ruinés et de déserteurs, auxquelles se joignirent depuis les villes des esclaves fugitifs et des citadins endettés, luttant pour leur survie ou tentés de se joindre aux pillages des barbares. Certains historiens y ont vu aussi des aspirations autonomistes contre l’empire romain, dans les interactions entre les bagaudes et les réfugiés bretons d’Armorique ou les tribus basques en Espagne. Mais la faim et l’appât du gain facile semblent des motivations suffisantes lors d’une telle époque de bouleversement.

Aurelius Victor signale des attaques de bagaudes vers 360 à la périphérie des villes. Un soulèvement de bagaudes eut lieu vers 410 assez loin des régions habituelles, dans la basse vallée de la Loire.

En 435, Tibatto est le chef d'une bagaude qui, selon la Chronica gallica, provoqua la sécession de la Gaule ultérieure et à laquelle se joignirent tous les esclaves. Tibatto est vaincu et capturé en 437. Une légende tirée de sources ecclésiastiques, notamment de l'abbaye de Saint-Maur, situe ces événements sur les bords de la Marne au lieu Bagaudarum castrum aujourd'hui appelé Saint-Maur-des-Fossés, près de Paris. Les fossés en question étaient ceux qui auraient protégé leurs camps mais ces fossés remontent à une date beaucoup plus ancienne. Une porte de Paris du côté de Saint-Maur aurait reçu, en mémoire des Bagaudes, le nom de porta Bugaudarum, et, par abréviation, porta Bauda; elle était située sur le terrain appelé depuis place Baudoyer (derrière l'hôtel de ville de Paris actuel). Il s'agit en fait d'une interprétation étymologique erronée. D'ailleurs il n'est nullement démontré que ce lien supposé avec les Bagaudes concernerait l'époque de Tibatto plus que celle d'Aelianus et d'Amandus.

Peu après cette date, une révolte bagaude fut réprimée en Espagne par les Wisigoths, sur ordre des autorités romaines. En 448, une nouvelle bagaude en Gaule centrale est dirigée par un médecin nommé Eudoxe. Battu, il se réfugia à la cour d’Attila. Un texte de 638 relatif à Saint-Maur-des-Fossés, dans la région parisienne, mentionne un retranchement des bagaudes dans la localité.

Le mot de Vincent Herelle :
  En Gaules, après la conquête romaine, se sont constituées des bandes de paysans gaulois dépouillés par les vainqueurs, d'esclaves fugitifs, de légionnaires déserteurs. Tout autant bandits que révoltés, ils sévirent en Gaule pendant toute la durée de l'Empire. S'ils n'étaient la plupart du temps que des troupes fugitives et de peu d'ampleur, ils ont parfois regroupé des troupes considérables qui conquirent des villes comme Autun et même des provinces. Plusieurs fois écrasée, sans cesse renaissante, la Bagauderie se trouva réactivée par les horreurs des invasions barbares. Les bandes bagaudes sévirent jusqu'au milieu du 6ème siècle et ce sont les grands royaumes barbares (Francs, Wisigoths, Burgondes) qui y mirent fin, souvent en les incorporant dans leurs armées…

Rassembler la documentation nécessaire à des centaines de listes d'armées a un coût. Merci de nous aider selon vos moyens.

Faire un Don (Paypal)/Make Donation

Download English version CLASH !
Caractéristiques en CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire

Bagaudes de Gaule et d'Ibérie (50 à 550)

Désignation

Min

Max

Type

Front

Cui

Bcl

Vies

Act

Man

Piv

Ent

Mor

Arme de Tir

Port

Fact

T/Tour

T/Fig

Arme de mêlée

Fact

RS

Spécial
Général (meneurs de bandes armées)

1

4

MCM

OM

1

1

1

4

5

1

V

E

NON

0

0

0

0

Lance courte

4

0

Entourage des meneurs

0

5

MCM

OM

1

1

1

4

5

1

N

E

NON

0

0

0

0

Lance courte

4

0

Gardiens de troupeaux montés

0

20

MCD

OD

0

0

1

5

5

1

R

N

NON

0

0

0

0

Lance courte

4

0

Déserteurs de l'armée romaine

0

15

IPM

OM

0

1

1

2

2

4

N

H

javelot

2

4

2

1

Lance courte

5

1

Révoltés encadrés par déserteurs

0

20

IPS

OS

0

1

1

2

2

4

R

H

NON

0

0

0

0

Lance courte

5

1

Bandits, esclaves échapés ou paysans révoltés réarmés après pillages

0

60

IPM

OM

0

1

1

2

2

4

R

H

javelot

2

4

2

1

épée

5

0

Paysans ou esclaves échapés

30

120

IPM

OM

0

1

1

2

2

4

R

C

fronde

3

5

2

1

improvisé

6

0

Bergers

0

30

IPD

OD

0

0

1

3

3

3

R

H

fronde

3

5

2

1

couteau

6

0

remplacer fronde par javelot

0

150

=

=

=

=

=

=

=

=

=

=

javelot

2

4

2

1

=

=

=

=
Passer n'importe quelle troupe en guerriers entrainés

0

25

=

=

=

=

=

=

=

=

N

=

=

=

=

=

=

=

=

=

=
Passer n'importe quelle troupe non entrainée en fanatiques

0

25

=

=

=

=

=

=

=

=

=

F

=

=

=

=

=

=

=

=

=
Barbares germains en maraude

0

10

IPM

OM

0

1

1

2

2

4

V

E

javelot

2

4

2

1

Lance courte

5

1

Archers

0

20

IPD

OD

0

0

1

3

3

3

R

H

Arc

4

5

2

1

couteau

6

0

Les minima sont donnés pour des armées d'environ 1000 points, permettant de longues parties d'une soirée entière. Pour des parties plus courtes, n'hésitez pas à les diviser.
Télécharger gratuitement la Règle CLASH !
(version Test en PDF) Don conseillé si satisfaits : 10 euros
Télécharger les 40 Listes d'Armées Indispensables : de Qadesh à La Marne Suivez nous sur Facebook
Titre 1 : Listes d'Armées Antiques et Médiévales
(compatibles Charges A &M et CLASH !)
Titre 2 : Listes d'Armées Renaissance 1500-1700 Titre 3 : Listes d'Armées 1700-1790
Titre 4 : Listes d'Armées 1790-1850 Titre 5 : Listes d'Armées 1850-1925 Titre 6 : Listes d'armées SF, Uchroniques, Steampunk et Fantasy
Demander une liste
Si vous demandez que l'on rédige pour vous une liste, il est probable que votre demande sera traitée en priorité si vous avez fait un petit don pour notre cagnotte.
Proposer une liste, un terrain, un scénario
Si vous nous adressez une liste déjà préparée par vos soins, nous la publierons sous votre nom, et vous la renverrons reformatée et budgetée.
Télécharger le modèle des fiches d'unité
Scénarios (Plans de terrains + conditions de victoire) Plans de Terrains pour "combats de rencontre" Quoi de neuf? Liste des dernières mise à jour sur le blog !
Tous droits résérvés © Vincent Hérelle + Philippe Bondurand, 2020

======================================================================================================================================================

=======================================================================================

Liste vh26 : Bagaudes : 50 av. J.C. - 550 ap. J.C.

par Vincent HERELLE

 

            En Gaules, après la conquête romaine, se sont constituées des bandes de paysans gaulois dépouillés par les vainqueurs, d'esclaves fugitifs, de légionnaires déserteurs. Tout autant bandits que révoltés, ils sévirent en Gaule pendant toute la durée de l'Empire. S'ils n'étaient la plupart du temps que des troupes fugitives et de peu d'ampleur, ils ont parfois regroupé des troupes considérables qui conquirent des villes comme Autun et même des provinces. Plusieurs fois écrasée, sans cesse renaissante, la Bagauderie se trouva réactivée par les horreurs des invasions barbares. Les bandes bagaudes sévirent jusqu'au milieu du 6ème siècle et ce sont les grands royaumes barbares (Francs, Wisigoths, Burgondes) qui y mirent fin, souvent en les incorporant dans leurs armées…


Tous droits réservés © Vincent Hérelle+Philippe Bondurand, 2002-2009