Menu
NEWS?
Last Updates
Mises à jour
Faire un Don (Paypal)/Make Donation
Donators Have access to personalized service, Budget for balancing armies, Custom army lists, Unit Cards and many more
Télécharger gratuitement la Règle CLASH ! en français
Don conseillé si satisfaits : 10 euros
Download English version CLASH !
FREE. Tip welcomed if satisfied
Télécharger le modèle des fiches d'unité / Download Unit Cards template
Suivez nous sur Facebook
40 Armées Indispensables : de Qadesh à La Marne
T 1 : Armées Antiques et Médiévales
T1.1 : L'Europe
T1.2 : L'Asie
T1.3 : Le Reste
T 2 : Armées 1500-1700
T 3 : Armées 1700-1790
T 4 : Armées 1790-1850
T 5 : Armées 1850-1925
T 6 : Armées Imaginaires
Plans de Terrains pour "combats de rencontre"
Scénarios (Plans de terrains + conditions de victoire)
Nous contacter par Messenger pour :
Proposer une liste, un terrain, un scénario
Demander une liste
Tous droits résérvés © Vincent Hérelle + Philippe Bondurand, 2020

CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire
-
Les Armées du XIXe Siècle -

Liste Na-NZ : Maoris (1780-1881)

L’installation des Européens en Nouvelle-Zélande est relativement récente. L’historien néo-zélandais Michael King (1945-2004) décrit les Maoris comme étant « la dernière communauté humaine majeure de la terre qui n’ait pas été touchée ni affectée par le vaste monde ».

En 1642, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales envoie Abel Tasman, qui aborde l'île du sud de la Nouvelle-Zélande. Il repart aussitôt face à l'hostilité des autochtones. Les premiers explorateurs européens y compris Abel Tasman et le capitaine James Cook (qui a visité la Nouvelle-Zélande pour la première fois en 1769) ont rapporté leur rencontre avec les Maoris. Ces premiers rapports décrivent les Maoris comme une race de guerriers féroces et fiers. Des conflits inter-tribaux se produisent fréquemment à cette période, les vainqueurs réduisent en esclavage les vaincus et parfois les dévorent.

Dès le début de l’année 1780, les Maoris ont eu des contacts avec les chasseurs de baleines et de phoques. Certains se sont même fait embaucher sur des navires étrangers. Un flot continu de prisonniers australiens en fuite et de déserteurs provenant des navires de passage expose également la population des autochtones néo-zélandais aux influences extérieures. Des chefs tels que Hongi Hika, qui sera présenté au roi George IV en 1820, invitent activement la venue de commerçants européens, pour bénéficier de technologies, de savoirs et d'armes européennes, et les instrumentaliser à leurs propres fins.

Pour l’année 1830, les estimations évaluent le nombre de Pakeha (Européens), vivant parmi les Maoris, à près de 2 000. Le statut des nouveaux venus varie de celui d’esclave à celui de conseiller haut placé, et de celui de prisonnier à celui d’Européen « maorisé » qui a abandonné la culture européenne jusqu’à s’identifier comme maori. Ces Européens, devenus des natifs, en sont venus à être connus sous le nom de « Pakeha Maoris ». Le chef Pomare, en 1838, compte 132 mercenaires Pakeha parmi ses guerriers.

Durant cette période, l’acquisition de mousquets par les tribus en contact étroit avec les visiteurs européens, à commencer par les Ngapuhi de Hongi Hika, déstabilise l’équilibre entre les tribus maories. Il en résulte une période de guerres inter-tribales sanglantes, connue sous le nom de « guerres des Mousquets », dont les conséquences sont une véritable extermination de nombreuses tribus et la déportation d’autres hors de leur territoire traditionnel. Des épidémies apportées par les Européens tuent également un nombre important, quoique indéterminé, de Maoris durant cette période. Les estimations varient entre dix et cinquante pour cent de morts.

Avec l’augmentation de l’activité des missionnaires européens, l’intensification de la colonisation dans les années 1830 ainsi que l’absence de lois pour réglementer la vie des nouveaux colons, la couronne britannique, en tant que première puissance mondiale, commence à subir des pressions pour intervenir et mettre de l’ordre dans la région.

Finalement, cette situation conduisit le Royaume-Uni à envoyer William Hobson avec l’ordre de prendre possession de la Nouvelle-Zélande. Avant qu’il n’arrive, la reine Victoria annexa la Nouvelle-Zélande par le biais d’une proclamation royale en janvier 1840. Lors de son arrivée en février, Hobson négocia le traité de Waitangi avec les chefs du nord. De nombreux autres chefs maoris (bien qu’ils n’en comprissent pas toujours toute la signification) ont par la suite signé ce traité. Il fit des Maoris des sujets de la Couronne britannique en échange de la garantie de l’intégrité de leur droit de propriété de leur terre et de la conservation de l’autonomie des tribus.

En dépit de quelques regrettables mais rares incidents, les deux parties ratifièrent ce traité basé sur la collaboration avec enthousiasme. Les Maoris constituaient une bonne affaire, car ils fournissaient de la nourriture et d’autres produits aux marchés locaux et étrangers. En réalité, il est probable que le gouvernement britannique signa ce traité pour contrecarrer l'influence des Français et des Américains dans la région. Il fait, encore de nos jours, l'objet de controverses et d'interprétations diverses.

Dans les années 1860, des polémiques sur l’achat de terres controversées et la tentative des Maoris de la région du Waikato d’établir une monarchie concurrente (Kingitanga) sur le modèle britannique conduisit aux guerres maories. Bien qu’elles aient fait relativement peu de morts, le gouvernement colonial confisqua de vastes parcelles de terre maories en représaille de ce qui fut considéré comme une rébellion, et ce alors même que l’action militaire était une initiative de la couronne britannique contre ses propres sujets. Dans certains cas ces confiscations arbitraires se sont faites sans chercher à savoir si la tribu en question était réellement impliquée ou non dans la participation à la guerre. En effet, certaines tribus ont lutté activement contre la couronne, mais d’autres (connues sous le nom de kupapa) ont lutté pour soutenir le gouvernement britannique. Un mouvement de résistance passive s’est développé dans la colonie de Parihaka dans la région du Taranaki, mais les troupes britanniques ont dispersé les dissidents en 1881.

Avec la perte de la plupart de leurs terres, les Maoris sont entrés dans une période de déclin. Et vers la fin du XIXe siècle, la plupart des gens pensaient que les populations maories cesseraient bientôt d’exister en tant que race à part entière et qu’elles seraient rapidement assimilées par les populations européennes. Apparemment, ils se sont trompés.

La période couverte par la liste commence avec l'installation de plus en plus importante de chasseurs de phoques et de baleiniers européens. Elle suit donc la liste Maori "Renaissance" (cf armées Maori 1500-1780). Elle s'achève avec la fin de la dernière révolte.
Caractéristiques en CLASH ! L'autre Jeu d'Histoire

Liste R09 : Maoris 1700-1881

Désignation

Min

Max

Type

Front

Cui

Bcl

Vies

Act

Man

Piv

Ent

Mor

Arme de Tir

Port

Fact

T/Tour

T/Fig

Arme de mêlée

Fact

RS

Spécial
Chefs

1

4

IPM

OM

0

0

1

3

3

3

N

E

NON

0

0

0

0

Taiaha

4

0

agile, coureur des bois
guerriers

30

150

IPM

OM

0

0

1

3

3

3

N

E

NON

0

0

0

0

Taiaha

4

0

agile, coureur des bois
Remplacer arme maorie par fusil

0

100

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

fusil de traite

3

6

2

1

Arme de melée

5

0

ignore armure
Eclaireurs

0

30

IPD

OD

0

0

1

3

3

3

N

N

javelines

2

4

2

1

Arme de mêlée

5

0

agile, coureur des bois
Element de 6cm de palissade

0

10

=======================================================================================